Charlie et la chocolaterie – Roald Dahl

HELLO LES LECTEURS,

J’ai retrouvé ce livre en farfouillant dans mes cartons, et je me suis dis « pourquoi pas le relire? » Ca faisait pas mal d’années que je ne l’avais pas lu car j’ai plus pour habitude de regarder le film (qui fait partit de mes films favoris), donc je l’ai mis dans ma PAL et le voici aujourd’hui en chronique.

UNPEU-DEC03.png

Charlie est le garçon d’une famille pauvre. Dans la maison, il y a sept personnes qui y vivent : Charlie, Mr. et Mme Bucket, ainsi que les quatre grand parents. Sa faisait beaucoup de bouches à nourrir alors qu’il n’y a que Mr. Bucket qui travaille. Chaque jour, Charlie passe devant une énorme usine de chocolat, et rêve chaque jour de pouvoir en manger. Mais il n’a le droit qu’à une barre chocolatée par an, le jour de son anniversaire. Et c’est quelques jours après son anniversaire, que le gérant de la chocolaterie, Monsieur Wonka, organise un jeu. Les cinq enfants qui découvriront un ticket d’or dans une barre chocolatée, aura le droit de venir visitée l’usine de chocolat. La famille décide de prendre sur leurs économies pour pouvoir achetée une barre chocolatée à Charlie..

04

Forcément à chaque fois que je me replongé dans l’histoire, j’avais en tête les images du film. Et ça ne m’a pas déplu. Parfois je me mettais même a b.o pour dire d’être vraiment dans l’ambiance, vous voyez ?

Ma lecture m’a permise de me rappeler des petits dessins qui y sont glissés ici et là, et de voir comment les personnages sont décrit. Mais aussi de voir comment, de base, les personnages finissent.
Comme pour Violette Beauregard, j’ai l’habitude qu’elle finisse en étant élastique, et bien non, elle est juste violette. Par contre, c’est rigolo de s’imaginer Augustus Gloop « sec comme une paille ».

« Charlie le saisit et déchira l’enveloppe… et soudain… d’au-dessous du papier… s’échappa un brillant éclair d’or. »

De base, j’aime beaucoup le personnage de Wonka dans le film, mais là, davantage ! En fait, il est marrant et tout en finesse. Je dis oui.
Certes, il n’y avait pas l’histoire lié à son père, mais j’ai adoré voir qu’à la fin il prend les petits vieux chez lui sans craintes ni peur. Tu es un amour, Wonka !

Je sais que cette chronique est assez nulle, sans rien de particulier. Mais c’est surtout pour vous dire, si vous avez des « classiques » que vous aimez, prenez le temps de les relire. Je vous assure, ça fait du bien de pouvoir se replonger, ne serait-ce que que pour deux cent pages, dans une de nos histoires chouchous <3

Sans titre 41

Laisser un commentaire