Darkest, La dernière heure – Silvia Reed

HELLO LES LECTEURS,

Voici une nouvelle chronique concernant une Dark Romance.
C’est la première fois que j’en lis, et même si j’ai bien aimé cette lecture, je ne pense pas renouveler l’expérience avant un moment.

Ceci dit, voici mon avis concernant Darkest, la dernière heure qui sort en format papier demain.UNPEU01..pngRyder est un tueur à gage dépourvu du moindre sentiment. Sa prochaine victime est Evangeline, jeune étudiante en psychologie. C’était censé être un coup facile, mais c’est sans compter sur Evangeline qui veut ramener Ryder du bon côté. Va-t-elle y arriver ? Mais à quel prix ?


Merci aux Editions Addictives pour l’envoie de cet ebook.

Comme je le disais plus haut, c’est ma première Dark Romance que je lis, et waw, je ne m’attendais pas à ça.
Je fut surprise d’apprécier car je ne l’ai pas trouvé si sombre que ça, même si on est d’accord, que de la voir torturer n’est pas joli-joli. Car justement, je m’attendais à ce que Ryder, qui torture Evy une bonne partie du roman, ait des pensées plus sombres, plus glauques. Donc je pense que ça a aidé à ce que le roman soit « plus léger ». (évidemment, ce n’est qu’une façon de parler, et ce n’est que mon avis) (pour prendre exemple, Too Late de Coho est beaucoup plus hard alors qu’il est jugé new rom.)

« C’est un criminel qui me fait du mal. N’importe quelle femme sensée éprouverait de la haine pour son tortionnaire, mais je n’y arrive pas. »

Dans ce roman, on est axé sur la relation qui prend forme entre Evy & Ryder.
Evy, étant étudiante en psychologie, détail beaucoup les réaction de Ryder, ce qu’il peut dire, ces gestes, les choses qu’il perd l’habitude de faire. Evy n’a pas eu un passé facile, et en effet quand on apprend en détail les évènements, j’ai eu comme du mal à déglutir. Surtout avec l’histoire de son frère jumeau, Jared.

« Je la regarde dans les yeux, et por la première fois de ma vie, je fais quelque chose que je n’aurai jamais, ô grand jamais, pensé faire.
-Reste avec moi. S’il te plait. »

Parlons-en de Ryder, il m’a époustoufler. C’était le mec arrogant, prêt à tuer au moindre petit truc, qui n’avait peur de rien. Il était le premier étonné à savoir rire et à ressentir ce sentiment. Evy est tout simplement rentré petit à petit dans sa tête, elle s’est attaché à lui. et Ryder, sans s’en rendre compte, s’est attaché aussi. Il a commencé à se soucier d’elle, à avoir peur qu’elle l’abandonne. C’est simple, Ryder à renaît sous nos yeux.

« Il rit dans mon cou. Je ne me lasserai jamais de ce son, j’ai bien l’impression. »

J’ai tout de même trouvé quelques longueurs durant ma lecture. Sûrement ce côté psychologie qui fait ça. Mais des retournements auxquels je ne m’attendais pas, surtout à la fin, j’en ai eu la larmichette à l’oeil.

Bonne lecture, avec une Evy forte et la renaissance de Ryder sous nos yeux. C’était beau.

Sans titre 44

Laisser un commentaire