Kiss me if you can – Emma Green

HELLO LES LECTEURS,

Désolée pour cette non présence sur le blog depuis quinze jours, mais je vous expliquerai le pourquoi plus tard.
Aujourd’hui on se retrouve pour une chronique !

UNPEU01..png

Violette Saint-Honoré est une pâtissière qui ne vit que pour sa passion, son métier. Donc quel bonheur quand le grand Blake Lennox l’embauche dans son palace. Mais les choses ne seront pas simple, Blake agace Violette, et vice versa. Mais une attirance électrique se fait de plus en plus présente, vont-ils céder ? Et à quel prix ?


Je remercie les Editions Addictives pour l’envoie de ce roman.

Au risque de me faire taper sur les doigts par les fans de Green, et désolée de vous dire ça, mais mon avis est mitigé concernant cette lecture. #OOPSI
Je vous en explique les raisons.

J’ai beaucoup aimé l’ambiance, le fait que l’on soit dans un palace et que nous sommes au coeur de l’action. J’ai toujours aimé ce qui touche à la cuisine et à son fonctionnement, donc là j’étais plus que ravie !
J’ai surtout était stressée pendant le concours de pâtisserie. C’est somme si, je pâtissais moi même avec eux.

Mais ce qui m’a dérangé, ce sont les « Je t’aime moi non plus » trop répétitifs. De ce fait, des moments trop long pour moi, où je m’ennuyais.
Attention, j’adore quand il y a en, mais pas quand ça dure une bonne moitié du roman.
Du coup, j’ai eu du mal à m’accrocher au couple. Et c’est dommage, parce qu’il y a tout de même des moments où Blake me faisais craquer avec ses petites phrases, ses petites attentions.

« -Je ne pouvais pas savoir…
-Maintenant tu sais.
-Quoi donc ? sourit-elle presque.
-A mes yeux, tu es… différente. »

Mais je dois bien admettre que, sans ces moments où ils sont l’un sans l’autre, je n’aurai pas fait la connaissance de la soeur de Violette, qui est agaçante à souhait. Je n’aurai pas connu le secret qui la liée à Violette, et qui m’a retourné le coeur. Idem pour le passé de Blake, j’ai été attristé pour lui.
Donc grâce aux autres personnages, j’ai compris pourquoi Blake ne voulait pas s’engager. Pourquoi Violette avait peur d’aller plus loin. J’ai avancé moi-même avec Blake et Violette dans cette relation.

J’ai adoré cette façon qu’a Blake d’appeler Violette « Clochette » tout au long du roman. C’est tellement mignon ! (j’ai toujours adoré quand les personnages ont leur propres surnoms!)

« Violette n’est pas seulement belle. Elle est sublime. Douce. Solide. Entêtée. Scintillante. Merveilleuse. »

Faut quand même avouer, que la fin a rattrapé le tout. J’en ai eu la chaire de poule, les larmes aux yeux. Cette fin est magique et magnifique.

Malgré quelques longueurs, de bons moments passés dans cet univers de pâtisserie dans un palace. Je quitte à regret Blake & Violette.

Sans titre 45

Laisser un commentaire