Broken – Laura Devillard & Jane Devreaux

HELLO LES LECTEURS,

Nouvelle chronique aujourd’hui, et pas n’importe quel livre !
Le 19 novembre (pour être exacte), j’ai été contacté par Jane Devreaux en personne, pour savoir si je souhaité lire son nouveau roman co-écrit, en avant première.
C’est pas un thème que j’ai l’habitude de lire, l’handicape, j’ai donc accepté de suite. Et j’ai bien fait !

UNPEU-01.pngJe croyais ma vie parfaite, j’imaginais que rien ne pouvait m’atteindre… j’avais tort.
Je m’appelle Colyna Macklean. Je suis allongée sur un lit d’hôpital, dans un corps qui refuse de fonctionner. Je suis incapable de bouger, la douleur et l’ennui me collant à la peau, et cette envie furieuse de me laisser sombrer !
Puis, il est entré dans ma vie.
Je suis Mozart Stanlo. Ma batterie me nargue, je ne pourrai plus jamais jouer, je vais devoir affronter le regard des curieux pour le restant de mes jours, mais pour elle, je suis prêt à tout, y compris à enfreindre les règles.


Je remercie les auteures pour l’envoie de cet ebook.

Par où commencer ?
Je ne savais pas à quoi m’attendre en acceptant cette lecture, ni ce que je ressentirai, ni si j’arriverai à rentrer dans l’histoire.
Et je ne pouvais pas prévoir que j’allais passer une nuit accrocher à ce roman sans jamais vouloir m’arrêter à me dire « allez, encore un chapitre ». Ce qui fait qu’en une nuit et une matinée l’histoire était passée.

Je ne vais pas y aller par quatre chemins, j’ai été touché par Colyna & Mozart.
Je dirai même par Colyna plus précisément. Sûrement parce que Laura Devillard (l’une des deux auteures) est en fauteuil, et nous partage -sûrement- tout ce qu’elle a traversé. Et c’est tellement… vrai ! C’est pas juste quelqu’un qui imagine les sentiments que quelqu’un d’autre peut ressentir, car ce sont ses vrais sentiments d’impuissance et d’injustice puis de force.

« Ce n’est plus moi, je n’ai pas uniquement perdu ma mobilité dans l’accident, j’y ai aussi égaré ma compassion, ma gentillesse, et par la force des choses : ma fierté. »

Dans ce roman, on a le point de vue des deux (et vous savez que j’aime ça!), parfois on a trois chapitres du point de vue de Colyna puis deux de Mozart etc.
On commence le roman avec une histoire « banale » d’ados. Qui d’ailleurs, j’avais du mal à me situer au départ car il y avait beaucoup de monde. Puis on arrive à ce fameux moment, ou la vie de Colyna et Mozart bascule. Et c’est là que commence les choses.

Oui, j’ai eu mal au coeur pour Colyna, je me suis sentie impuissante face à ce qui lui arrivait. Je voulais l’aider. On suit toutes les étapes par lesquelles Colyna passe suite à l’accident. Ces moments de doute, ces moments ou elle lâche l’affaire, mais aussi ces moments ou elle veut tout défoncer pour prouver au monde qu’elle a besoin de personne. Et en lisant, à plusieurs reprises, j’ai relevé le nez et je me suis dis « tout ça est réel » et ça m’a rappelé que malheureusement, l’handicape existe. Et que, quand ça ne te touche pas directement ou dans ton entourage, c’est presque un oubli. Merci aux auteures de m’avoir mis une claque pour me souvenir que ces choses là arrivent, et à n’importe quel moment, n’importe qui.

« Je suis une enfant qu’on nourrit, habille, nettoie… On décide même pour moi l’heure de dormir ou de se promener. »

Et on a le oint de vue de Mozart, je ne dirai pas qu’il m’a moins touché, mais disons que pour moi l’histoire de Colyna était beaucoup plus forte.
Entre les deux, j’ai aimé voir comment ils s’entraident. Ils sont mignons et c’est dingue la force que tu peux puiser en l’autre. Comme quoi, être entourée est important même si l’envie n’y est pas.

« Je fais un tour sur moi-même pour lui dévoiler la prouesse de technologie dont personne ne voudrait jamais avoir besoin et un léger gloussement s’échappe de sa jolie bouche pulpeuse. Ce son est merveilleux, je ne m’attendais pas à ressentir cette fierté de l’avoir déclenché, sachant la douleur qui est la sienne. J’ai envie de recommencer. »

Hormis le handicape, dans ce roman il y a des histoires d’amour, d’amitié, des histoires de famille. Des révélations qui m’ont fait dire « Naaaan sérieux?! », de la tristesse et de la joie immense. Des personnes fortes, qui grandissent et murissent à leur vitesse.

Je suis sortis de cette lecture en réalisant que tout peux changer en un rien de temps, que d’être entourée est important et que rien n’est acquis. Ce roman est une claque. Merci Laura & Jane.

Sans titre 41

Laisser un commentaire