La grossesse : accepter le jugement, les remarques & ses complexes

HELLO LE MONDE,

Cet article n’était pas du tout prévu au programme, mais ça fait plusieurs jours qu’il prend de la place dans ma tête, et je me dis qu’il faut que je le fasse.
Pour mettre les choses à plat, ou tout simplement pour me « soulager » de dire tout haut ce qui se passe depuis plusieurs mois ? Je ne sais pas.
Ou c’est pour me rassurer de me dire que je ne suis pas la seule dans ce cas ? Je ne sais pas non plus.

Je le fais, c’est tout.

Je suis tombée enceinte sans le vouloir, ou disons qu’on ne pensait pas que ça fonctionnerai de suite. Les premières jours, il n’y avait que nos famille très proches qui étaient au courant. Puis au fil des semaines, le cercle s’est agrandit jusqu’à ce que tout notre entourage, même plus, soient au courant.
Des félicitations par ci, des câlins par là, puis les choses ont évolués.
Très vite, j’ai remarqué que la grossesse était accès que sur la maman. Normal me direz-vous, c’est elle qui va faire tout le boulot pendant les neuf prochains mois, mais moi, je n’ai pas apprécié.

A savoir, que je n’aime pas avoir l’attention sur moi. Ce qui est idiot quand on sait que je suis sur youtube, mais comme nous sommes deux, je sais que l’attention est partagé avec mon amoureux avec qui je fais les vidéos. Idem pour le jour de notre mariage, je ne voulais pas être au centre de l’attention de tous, autre chose idiote puisque l’on me disait que c’était « ma » journée. Et là, avec la grossesse, l’attention c’est multiplié. En bien, comme en mal.

xxxxhA savoir que j’ai toujours été complexée par mon poids, mon corps. Ça faisait plus de deux ans ou j’avais trouvé une hygiène de vie qui me correspondait. Je perdais du poids, à plus ou moins intervalle régulier, tout en étant un peu moins complexée par mon corps. Et les « waw, mais Flo, t’as encore maigris / tu t’es affinée? » faisait plaisir à attendre. Mais avec la grossesse… déjà qu’il fallait que je me prépare mentalement à voir mon corps reprendre du poids / changer / évoluer, et ça c’est tout bonnement accompagné par des « Bordel, t’as pris des seins » ou « t’as pris combien depuis le début?« . Et ça m’a foutu mal. Vraiment très mal certains jours.
Forcément, j’ai dû réadapté ma garde-robe, mais je ne voulais pas acheter beaucoup car je savais que c’était pour une courte durée, mais même là, les petites phrases sympathiques arrivées de bon coeur, « Tu devrais arrêter de mettre ce t-shirt, tu lui en demande beaucoup » ou « c’est pas devenu trop petit?« .

A savoir que j’ai toujours été complexée, notamment, par mon ventre. S’en était arrivé à un point, ou, au début de ma grossesse (et pendant près de quatre mois), je disais tout le temps à mon amoureux « non mais là, c’est encore mon ventre de grosse, on voit pas que je suis enceinte« . Que les gens, qui se permettent de le faire sans me demander, touchez mon ventre, j’étais crispée. Alors oui, c’est mignon de voir que les gens sont contents que j’ai un bébé dans le ventre, mais ça n’enlève pas ce sentiment que j’avais en moi de « c’est pas encore mon vrai ventre de grossesse, c’est que la graisse que tu touches« . A tel point, que lors de la révélation avec la famille & amis, j’étais angoissée à l’idée que tout le monde veuille le toucher. C’est idiot je sais, mais mon amoureux a dû beaucoup m’aider pour cette «  »épreuve » ». (avec le recul, je n’arrive même plus à me souvenir si quelqu’un l’a vraiment touché ce jour là, c’est pour dire…)

003Avec tout ça, j’ai mis longtemps avant de « réaliser » que nous allions être parent. Même si je commençais à la sentir dans le ventre, pour moi ce n’était pas réel.
D’un côté, je devais gérer le changement de mon corps, gérer mes complexes, mais aussi… gérer les questions des personnes. J’essaie de me dire que c’était toujours dans la bienveillance et que c’était juste de bons conseils, mais même encore maintenant, j’ai dû mal à tout encaisser.
Je m’explique.
Nous avons acheté notre maison il y a deux ans et demi. Mais avec travaux. Forcément, la chambre du bébé était la dernière pièce à faire. Les choses ont fait que pendant un an, nous n’avons pas pu avancer, mais c’est pas grave, dès janvier/février (j’entrais donc dans mon quatrième mois), c’était la priorité dans la maison. Et c’est à peu près à cette période, ou les questions ont débarqué. « Alors ? Vous avez achetés quoi pour le bébé ? » Euh.. rien, ou si, on a la poussette ! Et là, la réponse qui venait par derrière « faudrait peut-être s’activer non ? parce que tu vas voir, ça va vite être là!« . Alors oui, certains me disait que nous avions raison, que nous avions le temps de voir arriver les choses. Et pourtant, 80% des gens, nous foutez la pression pour que l’on se grouille à tout avoir.

Alors oui, nous avons commencé à acheter des vêtements, nous avons reçus des choses en cadeaux. Mais la chambre, n’étant pas finie, ça stocke un peu partout dans la maison. Chose qui me rend folle. Mais on réalisait un peu plus chaque jour que bébé arriverait dans autant de jours, donc l’envie d’acheter était là. Mais surtout, on a pu continuer les travaux. Car oui, quand je dis travaux, c’est pas la déco dont je parle… Je parle de refaire l’électricité, isoler, mettre le placo…

001Et là, le confinement est arrivé. Et c’est encore pire qu’avant. Je parle que très rarement de ma grossesse sur les réseaux, car je sais que les gens aiment trop zieuter et juger, pour ensuite me dire des choses que je n’ai pas envie d’entendre. Je dirai même mieux, depuis le début du confinement, je n’en ai parlé que trois fois. Et grossière erreur, mais qui me fait apprendre à garder les choses pour moi dorénavant (hormis cet article forcément!).

La première, ça a été quand j’ai montré l’évolution de la chambre du bébé. C’était au moment ou on allait pouvoir mettre de l’enduit. J’ai laissé ma story une heure, et je l’ai vite enlevé car ça ne m’apportais rien de bon. J’ai osé dire que « j’étais pas stressée malgré que le bébé arrive dans deux mois, et que la chambre est encore dans cet état, sans même savoir si j’ai tous le matériel pour pouvoir la finir avant son arrivée« . Et 90% des messages que j’ai eu, c’était pour me dire « Ouais mais de toute façon, au début elle ira pas dans sa chambre, donc c’est pas grave qu’elle ne soit pas finit« . Ça vous apporte quoi de me dire ça ? A quel moment, je dis qu’elle ira dans sa chambre dès la première nuit ? Oui, ça m’a agacé car mon message n’était pas négatif ou plaintif, juste j’exprimais les choses comme ça venait. Je disais juste, que je n’avais pas envie d’avoir de gros travaux à faire quand elle sera là. (ce qui me paraît logique, quand tu vois que, rien que la poussière après ponçage, va dans toute la maison) Point.

La deuxième, ça a été quand j’ai dis avoir mal au coeur que mon mari, ne puisse pas être présent pour l’écho du troisième trimestre. Encore aujourd’hui, je me demande pourquoi j’ai partagé ça avec vous, car vous m’avez foutu encore plus mal que ce que je ne l’étais. C’est simple, 95% des messages que j’ai eu suite à la story que j’ai posté sur instagram, c’était pour me dire « C’est pas grave, de toute façon c’est qu’une écho » ou « de toute façon, l’écho du troisième on voit rien, c’est nul, il va rien rater« . A ce moment là, je voulais juste que l’on me comprenne, que l’on aille dans mon sens, pas que je me prenne des murs. Car encore une fois, l’attention est tourné sur moi, et non sur le fait que le papa puisse avoir mal au coeur de ne pas entendre le coeur de son bébé battre.

Sans titre 1La dernière et troisième fois, quand j’ai parlé du fait que nous étions absolument pas prêt si jamais je devais accouchée demain. Là, ça a été le dernier coup fatal. Et qui me donne plus du tout envie de partager quoi que ce soit sur ma grossesse. « C’est parce que c’est ton premier, tout te paraît vital » et les « vous allez gérer même avec ce qu’il vous manque, vous stressez pas« . Sans être méchante, vous vous prenez pour qui ? Je pense que c’est légitime de notre part de vouloir que tout soit parfait pour l’arrivée du bébé. Et que si certains jours je suis stressée sur les choses manquantes, j’ai le droit ?  J’ai pas envie de détaillé ce qu’il nous manque, mais juste pour vous mettre dans la tête, que oui nous avons le droit d’être stressés. Si j’accouche demain, je n’ai que deux t-shirts et deux pyjamas de taille 1 mois. Et que, nous avons toujours pas pu acheter de nouvelle voiture car la notre est une commerciale, et que nous n’avons donc, pas de siège auto. Rien que pour ça, j’ai le droit d’être stressée. Bordel !

Alors oui, « il y a toujours des solutions », je le sais. Et j’ai toujours mon côté positif qui est là, je sais que ça va le faire parce qu’on a toujours géré quand on avait des soucis. Mais je pense que c’est humain de se questionner, d’avoir des jours un peu moins bien et que je ne peux pas être H24 avec le smile. Et je trouve ça dommage que, la plupart des gens enfoncent tout le temps les autres, plutôt que de les aider à se relever et à remonter la pente.

Je sais que je ferai tout de même mon article sur le troisième trimestre, comme j’ai fais pour le premier et le deuxième, car beaucoup de maman & future maman s’y sont retrouvés. Mais ça sera le seul -je pense- qu’il y aura sur ma grossesse après celui-là.
Idem sur les réseaux, je ne pense partager de nouveaux mes émotions ou sentiments concernant le bébé, car à chaque fois, ce n’était que du négatif.

Peut-être que je prends les choses trop à coeur, que je devrais prendre du recul. Mais quand ce sont des choses qui se cumulent depuis sept mois maintenant, ça devient fort compliqué d’avoir du recul et de voir les choses avec positivités.
Et NON, tout n’est pas lié aux hormones de grossesse, ça aussi ça m’insupporte de plus en plus. La grossesse n’est pas excuse à tout !

Sans titre 41

4 commentaires sur « La grossesse : accepter le jugement, les remarques & ses complexes »

  1. Pour vivre heureux vivons cachés ma belle, tu as bien raison de ne plus rien partager si ça te fous encore plus le « seum » (oula je parle comme une jeune ^^), je pense que les gens essayent surtout d’être bienveillants mais effectivement c’est souvent maladroit (je l’ai également vécu enceinte y a un an….)
    Bon courage dans la dernière lignée, oui tu as raison c’est angoissant, même quand tout est prêt, il y a toujours un grain de sable (voir un caillou) qui vient se mettre dans ta chaussure (nous la clim nous a laché à deux semaines de la naissance en pleine canicule par exemple), mais comme tu dis il y a toujours moyen de rebondir. Je serais vers chez toi, je te prêterais mon cosy, ma base isofix et même ma voiture s’il fallait (bah oui jsuis comme ça moi) mais j’habite à côté de Bordeaux alors ça va pas être simple mais je suis sûre qu’autour de toi des amis, voisins, famille peuvent faire la même chose.
    Et je sais pas si ça va aider, mais même quand elle sera là ça sera malheureusement la même chose (tu auras toujours des remarques, mon idée pour ne pas blesser mais ne pas angoissée ? Dire oui à tout le monde et n’en faire quand même qu’à ma tête…. ;P). Gros bisous à toi, à Chris, à bébé Hippo et à Missy (dans l’ordre que tu préfères 😉 )
    laladu33 sur Insta 🙂

    1. Merci beaucoup pour ton message, ça fait toujours de bien ! (même si je trouve ça malheureux de voir que je suis loin d’être la seule à vivre ce genre de chose durant la grossesse)
      J’en doute pas quand tu parles de prêter ta voiture et tout le reste haha, c’est juste qu’avec chris, on a toujours su/voulu se débrouiller sans rien devoir à personne (alors que, je sais que quand les gens aident c’est toujours par amour et bienveillance), donc forcément quand il s’agit du bébé, on veut encore +++ se débrouiller par nos moyens !
      Et le fait que les gens continuent ce comportement quand bébé est là.. beaucoup m’ont prévenu déjà… et disons que j’ai un tempérament qui chauffe.. et là, durant la grossesse, c’est chris qui temporise beaucoup car j’aurai explosé depuis bellurette sinon :’) (avec les proches notamment, puisque les gens sur les réseaux que je ne connais pas, j’hésite pas à rembarrer direct finalement), et je pense qu’il continuera à temporisé quand bébé hippo sera là… ou alors tant pis, je foncerai dans le tas mdrr
      en fait, c’est toujours compliqué parce que je sais que certains sont bienveillant, veulent juste nous aider. Mais quand ils sont quinze, t’arrive plus à voir le bien et t’en a marre de rabâcher les même choses. je sais pas si tu vois ce que je veux dire ?
      bref, merci pour ton message, ça m’apporte beaucoup beaucoup !

  2. Déjà 7 mois ! C’est passé vite ! Ça m’a fait beaucoup de peine de lire ton article, de voir que tu devais te priver de partager ça à cause des remarques des autres. C’est vrai qu’avec les réseaux les gens ont tendance à commenter et critiquer plus facilement, parfois ils ne se rendent pas compte qu’une simple phrase peut avoir plus d’impact que ce qu’ils auraient voulu, certains sont justes maladroits mais le mal est fait. Profite de ta grossesse et du temps qu’il te reste avant la grande arrivée, organisez-vous comme vous le souhaitez ça ne regarde que vous, achetez ce que vous voulez quand vous le voulez et fichez vous de ce que vous disent des gens qui ne vous connaissent pas (je dis pas mais je fais pas partie de ceux qui vous connaissent vraiment, enfin t’as compris ce que je voulais dire) ! Douce journée 😂

Laisser un commentaire